Vous n'êtes pas connecté. Se connecter  S'inscrire
Pour connaître nos derniers bons plans et actus:

Gagner de l'argent en attrapant des pokémons sur Pokémon Go et en les revendant, une idée un peu folle?

Le jeu pour smartphone de Nintendo débarque en France et promet de rencontrer le même succès que partout ailleurs dans le monde. Son secret: utiliser habilement la réalité augmentée afin de permettre une chasse aux monstres virtuels dans le monde réel. Avec Pokémon GO, il ne suffit pas d'installer le jeu, il faut sortir de chez soi et parcourir des kilomètres afin de trouver et capturer les 151 Pokémons différents.

Aux Etats-Unis notamment, certains tentent de gagner de l'argent en revendant sur eBay ou dans des forums spécialisés des comptes Pokémon GO comprenant des Pokémons rares et obtenus après de longues heures de marche. Et en France?

N'en déplaise à Franck Dubosc

Comment fonctionne Pokémon Go? Quel est le but du jeu?

En s'associant avec Niantic, ancienne filiale de Google spécialisée dans la réalité augmentée, Nintendo a frappé très fort. Sorti en Juillet 2016 aux Etats-Unis puis presque partout ailleurs dans le monde, le jeu Pokemon GO issue de la collaboration entre les 2 entreprises rencontre un succès phénoménal. Il faut dire que le principe du jeu a de quoi séduire, y compris pour les personnes ne connaissant pas vraiment l'univers des Pokémons, et repose sur la recherche, dans le monde réel, de monstres virtuels (les Pokémons donc) qu'il faut trouver et capturer à l'aide de la fonction "appareil photo" de son smartphone.

Une fois ouverte, l'application (gratuite) Pokémon GO affiche en effet une carte du lieu ou vous vous trouvez, comme le ferait Google Maps ou n'importe quelle autre application GPS. Il est alors nécessaire d'explorer cette carte (donc de réellement marcher autours de vous!) afin de débusquer les pokémons. Lorsque vous êtes suffisamment proche de l'un d'eux, celui-ci apparait sur la carte et vous pouvez alors basculer en vue subjective, et explorer l'endroit à travers l'écran de votre smartphone. Lorsque vous pointez l'objectif de votre caméra vers le lieu ou se trouve le Pokémon, il apparait en surimpression sur le monde réel et vous pouvez le capturer en lancant vers lui une "Pokéball" avec votre doigt.

Ce principe de jeu mêlant monde réel et virtuel est assez révolutionnaire et très addictif, surtout lorsque l'on sait qu'il existe 151 monstres différents à collectionner, dont certains très rares, et qu'il faudra des dizaines d'heures de marche pour devenir un chasseur de Pokémons aguerri. Il existe également des "Pokéstops" à différents endroits de la carte où les joueurs peuvent ramasser des Pokeballs et des objets facilitant la capture de Pokémons.


La folie Pokemon GO

L'engouement provoqué par Pokémon GO est sans précédent dans l'univers du jeu vidéo. A peine quelques jours après sa sortie, le jeu génère déjà 1,6 millions de dollars par jours (bien que l'application soit gratuite, les joueurs peuvent acheter des objets afin de faciliter la capture de Pokémons) et ce chiffre devrait continuer à augmenter fortement au fur et à mesure de sa sortie dans différents pays. Aux Etats-Unis, là où Pokémon GO est sorti en premier, il a suffit d'une dizaine de jours pour que le nombre d'inscrits à ce jeu dépasse le nombre d'utilisateur du réseau social "Twitter".

Nintendo, dont l'actualité était un peu morose ces derniers temps (notamment à cause de l'échec de sa console Wii U), profite à fond de ce bol d'air frais et a vu le cours de son action plus que doubler en seulement une dizaine de jour.

Si le principe de fonctionnement insolite de Pokemon GO donne aux joueurs un prétexte pour sortir de chez eux, il n'est pas non plus sans poser quelques soucis et situations inédites. A New-York par exemple, l'apparition d'un Pokémon rare à Central Park a provoqué l'afflux de centaines de "Dresseurs de Pokémons" et des embouteillages. Plus problématique, l'utilisation de l'application Pokemon GO par des automobilistes à déjà provoqué plusieurs accidents de voiture et à l'inverse, des piétons les yeux rivés sur leur téléphone mettent parfois leur vie en danger en traversant des routes sans prêter attention au trafic.

La vague Pokemon GO est néanmoins bénéfique pour d'autres: les commerçants ayant la chance d'être situés à proximité d'un "Pokéstop" profitent d'un afflux de clients supplémentaires et jouent parfois le jeu en déposant des "leurres", objets virtuels attirant les Pokémons (et donc les chasseurs de Pokémons!). Niantic, la compagnie ayant développé le jeu, a déjà déclaré réfléchir à un moyen de monétiser les Pokéstops en les faisant sponsoriser par des entreprises.


Comment gagner de l'argent en vendant des Pokémons?

Puisque l'univers de Pokémon GO est surimprimé sur le monde réel, il y existe les mêmes inégalités démographiques. Ainsi, la densité de Pokémons est beaucoup plus élevée dans les grandes villes, où les monstres peuvent se trouver à quelques dizaines de mètres seulement les uns de autres. En zone rurale en revanche, il est nécessaire de parcourir beaucoup plus de distance pour trouver plusieurs Pokémons. Il en va de même pour les Pokéstops dont la présence est beaucoup plus rare en dehors des villes. Les joueurs habitant à la campagne sont également pénalisés par des problèmes de couverture réseau n'existant pas en ville (il est nécessaire d'avoir accès à internet en permanence pour que l'application fonctionne correctment). Cela n'est pas sans générer une certaine frustration chez quelques joueurs (article en anglais) qui aimeraient constituer plus facilement leur collection de Pokémons.

A l'inverse, pour les "dresseurs de Pokémons" habitant en ville, la capture des monstres est beaucoup plus facile et rapide. Du fait de la densité importante de Pokémons sur la carte, la découverte de d'individus rares est également statistiquement beaucoup plus élévée qu'à la campagne. Il suffit pour ces joueurs de traquer les pokémons sur le trajet quotidien les amenant à leur école ou à leur travail pour compléter relativement rapidement leur Pokedex (c'est-à-dire la liste des Pokemons vus ou attrapés). L'utilisation de bus et de tramways est également un moyen rapide d'explorer la carte et de compléter sa collection (une fois en mode "appareil photo", il est en effet possible d'attraper un Pokémon même si l'on est en déplacement).

Afin de faciliter la chasse, il est également possible d'utiliser l'application gratuite Poké Radar, dont le fonctionnement repose sur le partage communautaire. Comme cela se fait sur des applications GPS pour automobile, chaque utilisateur à la possibilité de renseigner des points d'intérêts, sauf qu'il s'agit ici de l'emplacement de pokémons ou de pokéstops, et non d'accidents de voiture ou de zones de ralentissements.

Puisqu'il existe de grandes disparités entre joueurs, selon leur localisation géographique et également selon le temps que ceux-ci peuvent ou veulent accorder à la recherche de Pokémons, certains ont eu l'idée de rechercher des pokémons puis de les revendre aux plus offrant. S'il n'est pas possible de vendre un pokémon en particulier (impossibilité de l'échanger d'un compte à l'autre), il est en revanche techniquement possible de céder un compte Pokémon GO en entier.

Il suffit pour cela de créer un compte Gmail uniquement destiné à être lié à l'application Pokémon Go, de l'utiliser pour capturer des pokémons, puis de le vendre sur un site de petites annonces, sur Facebook ou dans un forum spécialisé. Sur la version américaine de Ebay, certains comptes se vendent pour quelques dizaines de dollars, mais d'autres possédant des Pokémons très rares s'échangent pour plusieurs centaines de dollars!

Nul doute que cette pratique débarquera en France dans peu de temps. Une fois la transaction effectuée, l'acheteur n'a ensuite plus qu'à utiliser l'adresse Gmail et le mot de passe associé pour se connecter à l'application Pokémon Go sur son smartphone et ainsi s'épargner de nombreuses heures de recherche.


Vendre ses pokémons pour gagner de l'argent, est-ce une si bonne idée? Non!

La vente de comptes de joueurs est très courante, en particulier lorsqu'il s'agit de jeux de rôle en ligne, où l'évolution d'un personnage et la découverte des objets les plus rares nécessitent des centaines d'heures de jeu. Celle de comptes liés à une application mobile l'est beaucoup moins mais cette pratique risque d'exploser avec l'arrivée de Pokémon GO. Cependant, bien que difficilement contrôlable (la vente de comptes de jeux est un business vieux de plus d'une vingtaine d'année), cette pratique est néanmoins illégale et nous ne vous la conseillons pas.

Un porte-parole de Google a d'ors et déjà déclaré que la vente de comptes Gmail (utilisés pour se connecter à l'appplication Pokémon GO) n'est pas autorisée. Le risque si la vente est prouvée est la suppression du compte incriminé et donc l'impossibilité d'utiliser les Pokémons si chèrement payés. Niantic à également déclaré ne pas recommander cette pratique et pouvoir bannir les joueurs se connectant à l'application Pokémon GO avec un compte Gmail acheté.

Par ailleurs, même s'il est possible de trouver des comptes de jeux sur des sites comme eBay, leur vente est normalement interdite car enfreignant les "termes de services" des sites de ventes en ligne: les comptes appartiennent en effet aux éditeurs de jeux et non aux joueurs eux-mêmes et ne peuvent donc logiquement pas être revendus par ceux-ci (un peu comme si vous revendiez la voiture que papy vous prète).

Enfin, au delà des considérations financières, nous pouvons nous demander quel est le plaisir réel pour un joueur d'obtenir en un simple click un compte rempli de Pokémons alors que l'intérêt du jeu réside justement dans la satisfaction de les collecter patiemment en explorant le monde environnant...

Quoiqu'il en soit, il y a fort a parier que Google et Niantic auront du mal à empécher la vente et l'achat de milliers de comptes Gmail durant les mois à venir!



Commentaires par Disqus
Tous les logos affichés et les marques citées sur Bons-plans-de-la-toile.com appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Copyright © 2007-2017 Bons-plans-de-la-toile.com - Tous droits réservés - Mentions légales - Vie privée - Edité par Good Moove