Vous n'êtes pas connecté. Se connecter  S'inscrire
Pour connaître nos derniers bons plans et actus:

Un mot sur la publicité dans nos sites internet préférés

D'une manière générale, diriez-vous
que la publicité sur internet est...?
Une bonne chose pour 36% des personnes interrogées,
une mauvaise chose pour 64% d'entre elles.
(sondage ifop pour Adyoulike)

Vous n'aimez pas la publicité et ils le savent!

J'ai retrouvé dans mes dossiers le résultat d'une enquête réalisée en Mai 2013 par l'institut de sondage IFOP pour la société Adyoulike sur "les Français et la publicité sur internet".

Les résultats de cette enquête n'était a vrai dire pas très surprenants puisque 2/3 des personnes interrogées trouvaient que la publicité sur internet était "une mauvaise chose". Je ne pense pas que ces chiffres auraient été très différents si la question avait porté sur la publicité à la radio ou à la télévision: une majorité de personnes préfèrerait juste se passer de la publicité, où qu'elle soit.

En fait, je trouve même amusant qu'un tiers des panélistes considère la publicité comme étant "une bonne chose" et très étonnant que 2% trouvent qu'elle soit "une très bonne chose"! Je parie que ces 2% sont des webmasters vivant grâce à la publicité!

La suite du sondage est plutôt conforme à ce à quoi l'on s'attend: la publicité en ligne est majoritairement perçue comme étant omniprésente, intrusive, stressante et faisant perdre du temps. Seule une minorité de personne pense qu'elle est informative, distrayante et qu'elle fait rêver. On est plûtot d'accord!


Adblock, l'arme anti-pub

Partant du constat que la publicité en ligne est plutôt perçu négativement par les internautes, des développeurs ont eu l'idée de développer des bloqueurs de pub dont le but est, vous l'aurez compris, d'empêcher l'affichage des publicités lorsque vous visitez un site internet. Plutôt utilisés par une minorité d'internautes il y a encore 1 à 2 ans, ces outils ont peu-à-peu gagné en popularité et l'un d'entre eux en particulier, Adblock (téléchargeable ici), connait actuellement un succès sans précédent avec plus de 200 millions de téléchargement à ce jour.

Adblock est une extension (un "plugin") s'installant sur les navigateurs internet les plus populaires (Google Chrome, Mozilla Firefox, Internet Explorer...) et filtrant les publicités pour ne plus afficher que le contenu des sites.

L'idée est excellente et Adblock est particulièrement utile lorsque des sites abusent de la publicité et que la navigation des internautes est réellement impactée. En tant qu'internaute et parce que l'idée me paraissait (et me parait toujours) intéressante, j'ai même autrefois fait un don pour le développement de cet outil.

Cependant, devant le succès croissant d'Adblock, les éditeurs de sites internet, qu'ils soient petits ou grands, et les plateformes publicitaires (parmi lesquels les plateformes appartenant à Google et Yahoo pour ne citer qu'eux) commencent à réellement s'inquiéter. En effet, la plupart des internautes choisit d'activer Adblock par défaut pour tous les sites internet qu'ils visitent alors que l'attitude qu'il serait préférable d'adopter serait plutôt d'activer Adblock sur un site internet abusant des publicités.


Le coup de force de Free

En janvier 2013, un nouveau cap a été franchi lorsque le fournisseur d'accès à internet Free a activé en toute discrétion un bloqueur de publicités très similaire à Adblock sur sa nouvelle Freebox Revolution.

Cette action, saluée par les internautes, a en réalité donné des sueurs froides à toutes les personnes dont l'emploi est payé grâce aux revenus publicitaires des sites internet pour lesquels ils travaillent. Car considérer que les publicités ne sont là que pour engraisser les géants de l'internet et ennuyer les internautes serait une erreur. Si des mastodontes comme Google et Yahoo tirent la majorité de leurs revenus de leur plateformes publicitaires, cet argent sert également à payer les employés des sites internet diffusant les publicités, des webmasters aux journalistes.

Il serait catastrophique de supprimer du jour au lendemain la principale source de revenu de nos sites préférés. Free, en activant son bloqueur de publicité, voulait en fait envoyer un message à Google, avec lequel il est en désaccord, quitte à faire frémir l'ensemble des éditeurs de sites internet. Quelques jours plus tard, Free désactivait son bloqueur de publicité, après que la ministre de l'économie numérique Fleur Pélerin ait demandé une concertation entre le fournisseur d'accès à internet et les éditeurs.


Par quoi remplacer la publicité en ligne?

Puisque la publicité en ligne est perçue de façon si négative par les internautes, pourquoi ne pas la supprimer et trouver un autre moyen de revenu?

Dans les commentaires d'un article portant sur la décision de Free d'activer son bloqueur de publicité, des internautes affirmaient que toutes les publicités devraient être supprimées et que le financement des sites internet devrait reposer en quasi-totalité sur un système de dons, les internautes subventionnant les sites qu'ils aiment pour leur permettre de continuer d'exister. Mais cela me parait un peu utopiste, non?

UniversFreebox victime du bloqueur de pubs de Free?
Univers Freebox est un site internet créé par un groupe de passionnés et dédié à la Freebox (tout en étant indépendant de la société Iliad/Free). Plus de 2 millions d'internautes visitent ce site chaque mois pour y rechercher de précieuses informations sur l'utilisation de leur box et l'état du réseau Free. Comme de nombreux autres sites, UniversFreebox est financé quasi-exclusivement par la publicité et un article a même été rédigé pour demander aux visiteurs de désactiver Adblock afin de laisser les publicités s'afficher.

Qu'elle a été la réaction des administrateurs du site après la décision de Free d'activer son bloqueur de pub??

La publicité reste la principale source de revenue des sites internet non-marchand

Seulement voilà, en débit des efforts que font les sites internet pour diversifier leurs rentrées d'argent et être moins dépendant de la publicité, celle-ci reste le moyen le plus efficace de générer des revenus. Sans revenus, impossible de payer les designeurs, webmasters, blogueurs, rédacteurs...etc...créant les sites que l'on aime et leur contenu.

    Puisqu'on ne me demande pas mon avis, le voilà:
  • Je pense qu'il est dans l'intérêt d'un site internet de limiter de lui-même l'affichage des publicités, et surtout de ne pas entraver la navigation des internautes avec des publicités agressives les forçant à effectuer une action ("Cliquer ici pour fermer", "Entrer votre adresse email avant de continuer"..etc...). Ceci étant dit, je pense que la majorité des "bons" sites internet (en tout cas ceux présentés dans les bons-plans-de-la-toile ;) ) utilisent plutôt raisonnablement la publicité.
  • D'un autre côté, je pense qu'il est nécessaire que les internautes sachent que la publicité en ligne est un mal nécessaire permettant la survie des sites qu'ils aiment. Les bloqueurs de publicités ne devraient à mon avis n'être utilisés que pour sanctionner des sites internet utilisant outrageusement la publicité, alors que leur activation par défaut sanctionne l'ensemble des éditeurs/créateurs/blogueurs, y compris ceux veillant à limiter leur utilisation des publicités. L'activation par le fournisseur d'accès à internet Free d'un bloqueur de publicité dans plusieurs millions de foyers (ceux équipés de la Freebox Revolution) était en ce sens une erreur et un geste de mépris envers l'ensemble des acteurs de l'internet, bons ou mauvais élèves.

Rédigé par Erwan (Lafouine), publié le 7 octobre 2013

Si vous aimez cet article, n'hésitez pas à le citer ou à partager cette page (en haut à gauche).


Ces sujets peuvent également vous intéresser:
- Gagner de l'argent en répondant à des sondages payés
- Economisez en changeant pour une banque en ligne: notre grand dossier comparatif



Commentaires par Disqus
Tous les logos affichés et les marques citées sur Bons-plans-de-la-toile.com appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Copyright © 2007-2017 Bons-plans-de-la-toile.com - Tous droits réservés - Mentions légales - Vie privée - Edité par Good Moove